Réaliser un investissement locatif en couple – Les conseils pour Investir ou Défiscaliser

L’immobilier locatif est un placement lourd qui demande de l’argent, du temps aussi. S’y livrer en couple peut être un moyen de répartir l’investissement, d’en supporter ensemble les charges pour, de conserve, en recueillir les fruits. L’idée est séduisante mais doit être examinée avec soin, appréhendée sous tous ses aspects afin d’en optimiser les résultats et d’éviter les mauvaises surprises.

Une propriété à déterminer

Dès lors que l’on achète en commun, une question se pose immédiatement, celle de la propriété du bien : à qui appartient-il ? Peut-il être réparti ? Si oui, comment ? Autant d’interrogations soulevées et auxquelles il est indispensable de répondre pour fonder son investissement sur des bases saines et solides. Dans les faits, la propriété dépend du statut du couple et du régime légal qui l’encadre : placé sous la communauté réduite aux acquêts, le bien est réputé appartenir pour moitié à chacun des membres du couple ; en revanche, dans le cadre de la séparation des biens, chacune des parties le constituant est propriétaire du bien à proportion de sa participation financière. Sans indication précise, le logement est supposé appartenir pour moitié à chacun.

La SCI : une structure à considérer

D’autres solutions peuvent cependant être envisagées. Ainsi, la SCI familiale, particulièrement appropriée lorsque le couple réalise des investissements locatifs qu’il entend ériger en véritable patrimoine immobilier et qu’il souhaite transmettre à ses enfants. Ce type de structure facilite la gestion d’un parc immobilier ainsi que son administration http://www.francemedicale.net collective. Le capital de la société est réparti en parts sociales, la propriété est plus souple, partant, plus facilement cessible.

Une fiscalité indexée sur le régime de propriété

Le dernier point à considérer en matière d’investissement locatif conjoint est celui de l’imposition et de sa répartition. Là encore, tout dépend du régime sous lequel s’est opéré le placement. Les avantages fiscaux autorisés par les lois Pinel ou Girardin ne seront pas répartis de la même manière selon que les investisseurs sont mariés, pacsés ou tout simplement en concubinage. Le premier cas est le plus avantageux : sauf demande contraire de l’un des époux, lorsque le régime est celui de la communauté des biens, les profits de ces dispositifs fiscaux bénéficient à l’ensemble du foyers. Dans le cas de conjoints pacsés ou concubins, c’est le système de la séparation des biens qui s’applique et chacun des membres profite des avantages fiscaux à hauteur de son apport.

Investir dans le locatif en couple soulève donc nombre de questions. Le régime de propriété du bien, le statut de sa gestion et la répartition des avantages fiscaux doivent être précisément étudiés avant de décider de l’affectation de son épargne. Pour parfaitement maîtriser sa démarche, pour profiter des dernières dispositions fiscales et optimiser le rendement de son investissement, l’idéal est peut être de s’en remettre à des conseillers professionnels et familiers de ces questions : selogerinvest.com met à votre disposition de tels intermédiaires.